INSCRIPTIONS EN LIGNE

INSCRIPTIONS EN LIGNE

Le Tro Menez Are ouvre une billetterie en ligne à compter du 15 avril, pour sa 31ème édition qui se déroulera la 30 mai à Scrignac. 

Cette nouvelle formule permettra aux randonneurs de se préinscrire plus facilement qu’auparavant et de régler directement en ligne de manière électronique.

Les organisateurs souhaitent ainsi fluidifier les inscriptions. Les marcheurs préinscrits devront ainsi seulement venir pointer à la salle des inscriptions le jour de la randonnée pour récupérer la carte du sentier qu’ils auront choisi. Il leur sera remis en même temps une pomme et un gobelet.

>>s’inscrire<<

Tro Menez Are – Melar d’honneur / Tro Menez Are – Melar a enor

Tro Menez Are – Melar d’honneur / Tro Menez Are – Melar a enor

Samedi 5 janvier le Tro Menez Are a été mis à l’honneur à l’occasion de la cérémonie de voeux à Locmélar.
La municipalité a tenu à célébrer le Tro Menez Are en lui remettant un Melar d’honneur (distinction honorique de la commune, qui n’a été remise qu’une seule fois auparavant) pour l’organisation, sur Locmélar, du 30ème Tro Menez Are.

C’est une récompense qui fait chaud au coeur, c’est une première pour l’association. Au-dela de la réussite de la manifestation, elle vient saluer l’ensemble du travail fourni tout au long de l’année passée. Cette récompense revient à l’ensemble des organisateurs, mais aussi a tous les bénévoles qui, par leur aide et leur participation, ont rendu possible cette belle édition.

D’ar 5 a viz Genver eo bet enoret Tro Menez Are e-koulz lid an hetoù e Lokmelar .
Fellout a rae d’ar maer lidañ ar Tro Menez Are en ur reiñ ur Melar a enor (un arouez a oa bet roet nemet ur wech araok) dre ma oa bet aozet an 30vet Tro Menez Are war ar gumun.

Kement-se a ra plijadur, ar wech kentañ e oa d’ar gevredigezh bezañ enoret evel-se.
En tu-all d’ar berz, e tiskouez an holl labour kaset a-benn a-hed ar bloaz.
D’an holl aozerien eo kinniget ar prof-mañ, hag ivez d’an holl dud a youl-vad, o doa kemeret perzh evit an dro gaer-mañ.

Echu ! / Fini !

Echu ! / Fini !

Le bourg de Locmélar a été rangé et nettoyé (sous la pluie ! quelle chance nous avons eue jeudi !). Nous finissons maintenant de débaliser les sentiers.
Toute l’équipe remercie ceux qui ont participé au succès du Tro Menez Are 2018 : les habitants de Locmélar, les bénévoles (dont des habitants de Locmélar), les propriétaires qui nous ont autorisés à passer sur leurs terres, nos partenaires… et bien sûr tous les marcheurs !!!
Renket ha naetaet eo bet bourk Lokmelar (dindan ar glav ! pegen chañsus omp bet diriaou !). O tennañ ar balizennoù diwezhañ emaomp !
Trugarekaat a ra ar skipailh an holl o deus kemeret perzh e berzh Tro Menez Are 2018 : anezidi Lokmelar, an dud a-youl-vat (anezidi eus Lokmelar en o zouesk), ar berc’henned o deus aotreet e vefe treuzet o zachennoù gant hon troiadoù, hor c’hevelerien… hag evel-just an holl valeerien !!!

Hag un nebeud fotoioù eus ar Fest-Noz
Et quelques photos du Fest-Noz

Hag un nebeud fotoioù eus ar Fest-Noz
Et quelques photos du Fest-Noz

Et voici quelques photos du Fest-Noz qui a accueilli pas mal de courageux !
Ha setu un nebeud fotoioù eus ar Fest-Noz en deus degemeret kalzig a dud galonnek !

 


Et ne manquez pas d’aller lire l’article du Télégramme « Stands, animations et Fest-Noz » !
Ha kit da lenn pennad an Telegram « Stands, animations et Fest-Noz » ‘ta !
Setu ! / Ça y est !

Setu ! / Ça y est !

Environ 8000 marcheurs sont venus à Locmélar prendre part au 30e Tro Menez Are. Voici quelques photos rappelant cette belle journée.
Setu ! Tro-dro 8000 a valeerien ‘zo deuet da Lokmelar da gemer perzh e 30vet Tro Menez Are. Setu un nebeud fotoioù da zerc’hel soñj eus an devezh brav-mañ.

 

Vous pouvez aussi regarder plein de très belles photos en lisant l’article du Télégramme sur son site. Allez donc le lire : « Près de 8 000 marcheurs au Tro Menez Are ».
Gallout a reoc’h ivez sellet ouzh ur bern fotoioù brav o lenn pennad an Telegram war e lec’hienn ! Kit d’e lenn ‘ta : « Près de 8 000 marcheurs au Tro Menez Are »
Lennet en Telegram

Lennet en Telegram

08/05/2018 : À quoi sert le Tro Menez Are ? par Monique Keromnès

Comme chaque année, les parents d’élèves de l’école Diwan de Commana sont mobilisés pour l’organisation du Tro Menez Are.

La 30e édition du Tro Menez Are se déroulera le jeudi 10 mai, à Locmélar (29). Après toutes ces années, le but de l’événement n’a pas changé : collecter des fonds pour l’école Diwan de Commana pour payer, notamment, le personnel non enseignant.

« Le Tro Menez Are est toujours le poumon économique de Diwan Commana ». David Queinnec, président de l’association organisatrice est clair là-dessus : alors que la désormais traditionnelle randonnée dans les monts d’Arrée arrive à sa 30e édition, jeudi, à Locmélar, elle reste indispensable à la survie de la petite école qui accueille, cette année, 63 élèves.
Pour l’année scolaire 2017-2018, le Tro Menez Are permet de financer un tiers des dépenses, soit 25 000 euros sur un budget total d’environ 75 000 euros. Les autres sources de revenus de l’école ? Les animations mises en place par le comité de soutien, le forfait scolaire de la commune de Commana et les dons.

Trois salaires à financer en 2018

Seul le personnel enseignant – trois instituteurs cette année – est pris en charge par l’État. Ensuite, c’est l’AEP (Association d’éducation populaire) qui règle le reste des charges, notamment le loyer, la cantine, les frais liés à la scolarité et, surtout, les salaires du personnel non-enseignant en CDI, soit deux personnes cette année (deux autres sont en contrats aidés). « Pour la rentrée 2018, la pression est plus forte car nous allons engager en CDI l’un de nos deux contrats aidés », explique David Queinnec qui annonce également le déménagement de Diwan Commana dans les locaux de l’école publique qui, elle, va dans l’ancien collège qui a fermé il y a un an.

C’est un équilibre très très fragile. Une mauvaise édition, la pluie qui gâche tout ou une annulation nous mettrait dans une très mauvaise position.

« Bien sûr, on a réussi à mettre de côté : on a un Tro Menez Are d’avance et une année de versement de subventions à Diwan d’avance. Mais c’est un équilibre très très fragile. Une mauvaise édition, la pluie qui gâche tout ou une annulation nous mettrait dans une très mauvaise position », prévient David Queinnec en évoquant l’édition de 2015, à Sizun, avec beaucoup de pluie. « Cette année-là, on a fait quasi zéro… ». Pour les organisateurs, la jauge de marcheurs pour assurer l’année scolaire suivante est placée à 5 500 minimum. Pour rappel, les bonnes années, avec le soleil notamment, ont attiré jusqu’à 8 000 personnes.

« Un travail de Titan »

Chaque année, chez la centaine de parents d’élèves, on est donc tous bénévoles ! « Organiser un Tro Menez, c’est un travail de Titan ! », lance David Queinnec. Sachant qu’une édition se prépare à partir du mois de juillet de l’année précédente. Au total, 350 bénévoles sont mobilisés le jour J.
« Nous, à Commana, on a le Tro Menez Are. Mais il faut savoir que toutes les écoles Diwan ont la même problématique de devoir organiser des gros événements pour trouver du financement », rappellent le président et Pierre-Yves Moal, maire de Locmélar et ancien co-président de l’événement.

Diwan à la recherche d’un statut

Une problématique qui a un écho particulier cette année, avec l’annonce, à la rentrée scolaire de septembre de la suppression des contrats aidés. Or, on en compte 152 dans tout le réseau Diwan cette année. « À la suite de notre mobilisation pour prolonger ces contrats, on nous avait promis la modification du statut de Diwan à la rentrée 2018. Il y a eu beaucoup de discussions avec les élus mais on attend toujours… », regrettent les deux hommes. « Tout ce que demande Diwan, c’est une égalité dans le traitement avec les autres écoles et un statut public ». Pour cela, le réseau manifestera, à Rennes, le samedi 26 mai.

Pratique

Jeudi 10 mai, à Locmélar. Inscriptions ouvertes de 7 h 30 à 16 h 30. Six parcours, de 6 à 40 km. Dont un chanté de 10 km, avec départ à 10 h. Animations et restauration tout au long de la journée. Fest-noz à 21 h. Renseignements : au 07 81 21 63 36 ou www.tromenezare.bzh

Lenn ar pennad-mañ war lec’hienn an Telegram | Lire cet article sur le site du Télégramme

Lennet en Telegram

Lennet en Telegram

08/05/2018 : « Mettre en valeur les monts d’Arrée » par Monique Keromnès

Le Tro Menez Are, c’est un bon moyen de découvrir les paysages et le patrimoine des monts d’Arrée, comme ici, à Commana, en 2013.

Si l’objectif premier du Tro Menez Are, à sa création, en 1989, était de collecter des fonds pour Diwan Commana, les parents d’élèves ont associé à cet événement un autre but : sortir les monts d’Arrée de leur anonymat. Près de 30 ans après, ils ont réussi !

« En 1989, nous étions à la recherche d’une manifestation pour trouver de l’argent pour notre école Diwan, à Commana. C’est l’idée d’une marche populaire dans les monts d’Arrée, sur le même modèle que ce qui se faisait déjà en Allemagne, qui a émergé », se souvient Philippe Canevet, membre de l’équipe fondatrice du Tro Menez Are qui insiste : « c’était nouveau en Bretagne ».
Trente éditions plus tard, l’essence du « Tro Menez » reste la même : en faire un outil de découverte et de promotion des monts d’Arrée. « D’ailleurs, c’est inscrit dans les statuts », rappellent, en souriant, David Queinnec, président actuel, et Pierre-Yves-Moal, maire de Locmélar, ancien du Tro Menez Are. « Il s’agissait, à l’époque de mettre en valeur cette superbe zone qui restait méconnue et moins bien desservie que la côte ».

« Diwan Commana, c’est l’école des monts d’Arrée »

Il faut dire que l’école, créée en 1977 – « c’était la troisième après Lampaul-Ploudalmézeau (29) et Quimper » -, accueille aujourd’hui 63 élèves venus de douze communes différentes. « Elle a toujours été considérée comme l’école des monts d’Arrée », aime à rappeler Pierre-Yves Moal. D’où l’idée, également, de rendre le Tro Menez Are itinérant en lui faisant changer de commune tous les ans.

Qui, à part les spécialistes, aurait entendu parler du Pays Chelgen sans le Tro Menez Are ?

La première année, à Commana, en 1989, 450 marcheurs se déplacent. « Essentiellement des gens du réseau Diwan et leur entourage », se souviennent les organisateurs. « Ça a soudé l’équipe et nous a convaincus que c’était la bonne formule », explique Philippe Canevet. Et, petit à petit, le flot des marcheurs prend de l’ampleur. Jusqu’à 8 000, en 2010, à Huelgoat (29) ou l’an dernier, au Cloître-Saint-Thégonnec (29). « C’est devenu un rendez-vous. On a des gens qui viennent, qu’il pleuve ou qu’il vente, d’une année sur l’autre. Beaucoup sont fidèles et c’est aussi pour cela qu’on est très attendus sur les sentiers proposés ».

« Le maire du Cloître pleurait de voir 3 500 personnes chez lui ! »

« Un de mes meilleurs souvenirs restera notre premier passage au Cloître-Saint-Thégonnec. Le maire de cette petite commune pleurait de joie parce qu’il y avait 3 500 randonneurs dans son bourg ! On a contribué à faire connaître le musée du Loup », insiste Philippe Canevet.
Cette année encore, les organisateurs savent qu’ils remplissent leur mission. Malgré la difficulté, après 29 éditions, de trouver un nouveau thème. « On met en valeur le Pays Chelgen. Locmélar en est au cœur. Situé au sud du Léon, c’est le pays des Juloded, ces paysans marchands toiliers qui ont financé la construction des enclos paroissiaux. Qui, à part les spécialistes, aurait entendu parler du Pays Chelgen sans le Tro Menez Are ? », lance Pierre-Yves Moal, le maire de Locmélar.

Lenn ar pennad-mañ war lec’hienn an Telegram | Lire cet article sur le site du Télégramme

Lennet en Telegram

Lennet en Telegram

08/05/2018 : Tout Locmélar mobilisé !

Dimanche, les bénévoles, emmenés par David Queinnec, président du Tro Menez Are, et Pierre-Yves Moal, maire de Locmélar, ont commencé à baliser les chemins.

Locmélar, petite commune de 470 habitants et 15,5 km² s’apprête à accueillir, jeudi 10 mai, le Tro Menez Are et son flot de milliers de marcheurs. Une première pour laquelle toute la commune, habitants et associations, est mobilisée !

« Vous imaginez ? Locmélar, c’est 470 habitants. S’il fait beau, le Tro Menez Are va attirer 8 000 marcheurs. On va multiplier la population par vingt ! C’est pas rien ! » À quelques jours de la 30e édition de la traditionnelle randonnée dans les monts d’Arrée, Pierre-Yves Moal, le maire de Locmélar, est dans les starting-blocks et pas peu fier que sa commune ait été choisie. « Bien sûr, ce n’était pas gagné ! Mais je sentais Locmélar prête pour ça », confie l’élu. Pour preuve : l’ensemble des associations de Locmélar est impliqué. « Il faut dire qu’elles ont pris le pli. Depuis trois ou quatre ans, elles travaillent en commun pour organiser notre marché du terroir ». Les habitants sont aussi de la partie. Dès septembre, par exemple, l’emplacement des parkings a été décidé avec les agriculteurs qui mettent des champs à disposition et qui y ont donc fait pousser de l’herbe.

170 Locmélariens bénévoles

« Plus la commune est petite, plus tout le monde doit tirer dans le même sens ! Tout le monde s’investit parce que cette édition du Tro Menez Are sera aussi la grande fête de Locmélar », espère Pierre-Yves Moal qui a été coprésident du Tro Menez pendant huit ans. Cet enthousiasme, David Queinnec, président actuel, l’a clairement ressenti, et même quantifié : 170 bénévoles, sur les 350, sont des Locmélariens. « À chaque fois, les habitants de la commune hôte participent, bien sûr. Mais cette année, on a une proportion plus importante que d’habitude ! ».

« Seul, on ne pourrait pas accueillir un tel événement »

À Locmélar, pas de salle de sport ou de salle des fêtes. Pour le grand jour, un chapiteau de 450 m² a donc été loué et installé au cœur du bourg. Le lieu servira pour les inscriptions et le fest-noz si la météo n’est pas de la partie. Pas de quoi effrayer Pierre-Yves Moal qui rappelle que la même chose a été faite à Brennilis ou à Berrien. Le coût pour la commune ? « Ce n’est pas la question, botte en touche le maire qui rappelle que des sponsors et des subventions ont été trouvés. Il faut penser aux retombées. Depuis plusieurs semaines, avec les affiches, Locmélar est écrit partout.
Des milliers de personnes vont découvrir la commune, jeudi ! » Du matériel est emprunté dans les communes voisines et à la communauté de communes. « Seul, on ne pourrait pas accueillir un tel événement », tient à préciser le maire.

Découverte du Pays Chelgen

Malgré ses 15,5 ha seulement, Locmélar réussit également le tour de force de proposer une thématique originale autour des sept parcours (de 5 à 40 km) du Tro Menez Are. « Après 29 éditions, ce n’est jamais évident !, sourit Pierre-Yves Moal. Nous avons décidé de mettre en avant le Pays Chelgen, au cœur duquel la commune se trouve ». C’est l’association Locmélar patrimoine qui s’est chargée des panneaux explicatifs sur l’histoire de la commune, sa géographie et son patrimoine, notamment son enclos paroissial.
« Chaque année, on essaie d’avoir des parcours qui offrent des points de vue mais aussi des fonds de vallée. Il y a tout cela à Locmélar. Il y aura de beaux panoramas sur les monts d’Arrée et le Léon, certains à 360°. Et il y aura des sentiers qui serpentent le long des rivières, notamment l’Elorn. Ici, la vallée est préservée, avec des chemins où l’on entend la rivière, les oiseaux, à l’abri des arbres… Des choses que l’on trouve de moins en moins », se réjouit Patricia Philip, de la commission sentiers.

Les ribinoù avec les Cavaliers

Découvrir ces « ribinoù » aurait été impossible sans l’aide des Cavaliers de Locmélar qui les parcourent deux à trois fois par semaine et les entretiennent toute l’année. « On a les cartes des circuits pour nos randonnées. C’est tout naturellement qu’on les a partagés. Si ça permet de faire découvrir Locmélar, c’est tant mieux ! On ne voyait pas ça ici et ne pas adhérer », explique le président, Jean-Paul Hirrien qui attend jeudi avec impatience. Comme le reste de la commune, les 42 membres de l’association seront sur le pont. Pour le maire, « au-delà du Tro Menez Are, cet événement est fédérateur. C’est bon que tout le monde se mobilise ! ».

EN COMPLÉMENT

+ Sept sentiers de 6 à 40 km

Jeudi, les marcheurs du Tro Menez Are auront le choix entre sept sentiers différents.

Les sentiers.
Sept parcours sont proposés : le petit circuit rose (« Tro Roz Vihan ») de 6 km, plutôt à destination des jeunes enfants ou personnes à mobilité réduite ; le circuit mauve (« Tro Vouk ») de 10 km ; le circuit blanc (« Tro Wenn ») de 10 km généralement « un peu plus sportif » que le mauve, mais pas cette année ; le circuit orange (« Tro Orañjez ») de 15 km ; le circuit rouge (« Tro Ruz ») de 20 km ; le circuit bleu (« Tro C’Hlas ») de 30 km ; le circuit jaune (« Tro Velen ») de 40 km pour les marcheurs bien entraînés…
Marché, musique et fest-noz.
Restauration sur place, au bourg, marché d’artisanat et de produits du terroir. Les écoles de Gouren de Sizun et de Pleyber-Christ s’affronteront également dans un tournoi. La musique au bourg ou au fil des sentiers avec : BK Pipo (orchestre de rue burlesque), Kan ar Vag & Douragan (chorale & ensemble instrumental), Centre breton d’Art populaire de Sizun (dominante accordéons au répertoire traditionnel), Re an Are (musique traditionnelle bretonne à danser), Annaig & Anne-Marie (kan ha diskan), Clément, Paul hag Iffig (chant breton à écouter), InnerMoon (chansons à texte) et Nadir (duo kora-violoncelle).
À 21 h, fest-noz, avec notamment Laridenn, Paotred ar Riwall, Boest an Diaoul Orchestra, Baliskis, Kalon Goat, Maurice Poulmarc’h et Renée Nicolas.
Les tarifs.
L’inscription est à 9 € pour les adultes, 8 € pour les membres d’un groupe de quinze personnes minimum, 5 € pour les enfants de 10 à 15 ans et 1 € pour les enfants de moins de 10 ans. Pour toute inscription, une consigne d’un euro est tarifée en échange d’un gobelet lavable. Somme remboursée si le gobelet est rapporté. L’entrée au fest-noz est de 6 € (gratuit pour les marcheurs). Où et à quelle heure ? Jeudi 10 mai, au bourg de Locmélar. Inscriptions ouvertes de 7 h 30 à 16 h 30. Renseignements au 07 81 21 63 36 ou www.tromenezare.bzh

+ Une randonnée chantée sur le 10 km

Pour la première fois, le Tro Menez Are propose une randonnée « chantée ». Un départ groupé aura lieu exceptionnellement, à 10 h, sur le Tro Vouk, le circuit mauve de 10 km. Il s’agira, pour les volontaires, de se laisser guider par des chants le long d’un très beau sentier boisé. Aucune obligation de donner de la voix ! Ceux qui le souhaitent peuvent simplement écouter… Mais « si ça vous chante », possibilité de télécharger des enregistrements de quelques-unes des chansons qui seront proposées (ainsi que leurs paroles) dans la rubrique dédiée au Tro Vouk et de les fredonner ou les chanter avec les marcheurs-chanteurs, le jour J ! Toutes les informations sur www.tromenezare.bzh

Lire l’article sur le site du Télégramme / Lenn ar pennad-mañ war lec’hienn an Telegram